Deux années de suite, avec un vélo, une carriole et un spectacle, j’ai traversé la France en chansons. Nord-Sud. Est-Ouest. Ce fut Paris-Sète à bicyclette (printemps 2008), puis Strasbourg-Ouessant à vélo volant (printemps 2009). Sept semaines d’itinérance, 2 500 kilomètres, cinquante concerts d’une délicieuse variété. Une MJC. Une grange. Un chapiteau. Un café-concert. Un théâtre. Une place. Une chapelle. Une église. Une salle des fêtes. Un salon. Un musée. Une librairie. Une crêperie. Un festival. Une salle du chapitre. Un foyer rural. Un cinéma. J’ai vécu là le précieux secret des voyageurs : aucun lendemain n’a ressemblé à la veille. Un coup nous étions vingt, le lendemain trois cents. C’était d’un relief éblouissant.
Ces deux grandes vadrouilles m’ont définitivement donné le goût du mouvement. Une prochaine trajectoire n’est sûrement pas à exclure. Mais se fera-t-elle à vélo, en montgolfière ou en tapis volant… mystère et boule de gomme.

Une autre forme de déambulation est née au printemps dernier (Lignières, Festival l’air du temps) : les promenades chantées. Si vous voyez passer dans un coin de campagne un cortège multi-âges avec en tête un barbu-chevelu guitare en bandoulière, vous saurez qui c’est…

Vous pouvez retrouver le journal des deux tournées à vélo dans la rubrique Carnets.