Comme l’an dernier, cela s’achève donc par un grand plongeon dans les flots. Bicyclette et mulette chargées sur le bateau, la terre n’est plus ferme, ça ballotte d’une drôle de manière. Au Conquet, unique escale entre Brest et Ouessant, une première surprise, deux visages bien connus, les premiers que je connus d’ailleurs, mes parents sont venus me faire cadeau de leur présence pour cette arrivée ensoleillée. Merci. Et voilà Ouessant. Lande. Rochers. Trois ultimes kilomètres pour rallier le débarcadère au bourg de Lampaul. Beaucoup d’émotion sur mon petit vélo, beaucoup d’images, et de paysages, et de visages qui voltigent à l’intérieur. Et voilà. J’ai éteint le compteur au kilomètre 1370. Après trente sept jours de chemins, me voici à l’horizon. Sur la place, au pied de l’église, je remonte une dernière fois mon petit cirque ambulant, tel ce troubadour que je deviens peu à peu. La placette se remplit, ils sont presque deux cents à écouter l’histoire du géant, à rencontrer Bidule, à se rappeler que la tête ne se bouche pas, que l’amour, le sourire et les autres, sont la vie. Mes parents m’ont offert un bouquet de fleurs des champs. Fleurs des Chants, de l’autre côté, là-bas en Meurthe et Moselle, aux premiers kilomètres. Alors, encore une fois, égrener le chapelet désormais complet : La Friche Laiterie à Strasbourg, le Point d’Eau à Ostwald, la fête du vélo à Strasbourg, l’oncle d’Amérique à Urmatt, ces trois belles Fleurs des Chants : Vaucourt, Gerbeviller & la Neuveville devant Bayon, la M.C.L. de Contrexéville, la salle communale de Clinchamp, l’église de Marmesse, la Villa de l’Extra à Essoyes, Auxon et son Chaudron, Vareilles et son Maquis, la médiathèque de Combs la Ville, Paris & ses Trois Baudets, son Limonaire, ses Pères Poupulaires, son Ziczinc, sa Fête du Vélo, son Européen, le Grenier à Sel et les enfants chantants deTrappes, la Vaillante à Mainvilliers, la fabuleuse BarAque de Nogent le Rotrou, le Carnet de Routes à Alençon, la quiétude d’un Beaurivage à Mayenne, le coquelicot de Fougères, Rennes aux Ateliers du vent, Rennes au Sablier, le Thy’Roir de Ploërmel, les Anges de Quelven, Mod’All à Carhaix, la fête de la musique à Brest, les doux pommiers du Dreff, et tout au bout : Ouessant. Du fond du cœur, merci à vous tous et à chacun, vous qui, jour après jour, m’avez soufflé vers l’Ouest. Le mouvement est la vie. Le mouvement est la liberté. Il reste l’horizon. Je continue.